francais / deutsch

Rien n’est autant une question de perspective que la musique.

Pourquoi une même pièce est-elle beaucoup plus impressionnante au concert qu’à la radio de la cuisine? Pourquoi le quatuor à cordes joue-t-il dans un salon éclairé aux chandelles et Madonna dans un stade de foot? Pourquoi la musique d’ascenseur est-elle plus discrète que celle d’une rave-party? Et pourquoi la chaîne stéréo estelle disposée près du canapé? La principale raison est simple: la musique est le fruit d’une rencontre de circonstances, entre sons et auditeurs. Les rainy days 2008 vous invitent à fêter cette rencontre lors de neuf concerts extraordinaires les deux derniers week-ends de novembre.

Fêtons, car le thème «relax» du festival de cette année est axé sur la rencontre et la perception. Fêtons encore, car le festival de musique nouvelle initié par Claude Lenners en 1999 et présenté à la Philharmonie depuis 2005, a lieu pour la dixième fois, séduisant par sa variété de plus en plus d’auditeurs. Fêtons aussi, car les événéments du festival sont si extraordinaires qu’ils nous entraînent à faire plus qu’entendre: s’enivrer lors du «Symposion» d’un concert de 8 heures avec 14 grands vins et le Klangforum Wien; vivre «L’étrange soirée» d’un dîner coloré proposé par Marc Monnet; nager dans une piscine au programme musical éclectique; se laisser surprendre par une performance inédite dans une magasin d’ameublement ou par Matthias Kaul et ses frigos, souricières et autres lutteurs à la Philharmonie; découvrir la musique visionnaire de Bernd Alois Zimmermann, interprétée par l’Orchestre Philharmonique du Luxembourg; et finalement bouger, dormir et chanter à la clôture du festival avec trois excellents ensembles français, luxembourgeois et allemand.

«Relax» – de nouvelles perspectives à découvrir aux rainy days 2008!

Photo: Arthur Stammet