Orchestre Philharmonique du Luxembourg Philharmonie Luxembourg

switch the light on

rainy days 2014

26.-30.11.2014

Le festival rainy days, qui fête ses 15 ans depuis sa création et ses 10 ans à la Philharmonie, allume toutes les lumières: vous découvrirez en 2014 Scriabine en artiste lumière, Schönberg en explorateur de couleurs, un Cage cinéaste, un Yves Klein compositeur, des robots industriels qui dansent, des danseurs qui émettent de la lumière, des œuvres d’art de lumière transformatrices de sons, ainsi que des lampes de poche en guise d’instruments de musique.

«Comment, j’entends la lumière?»

(Richard Wagner, Tristan)

 

Information & Billetterie

(+352) 26 32 26 32

Passe-partout rainy days:

45 € (<27 ans: 27€)

Bestellen

Mercredi 26.11.2014 20:30
Cinémathèque de la Ville de Luxembourg

«Switch the Light On: A Luminous Film Event»

Ouverture du festival rainy days 2014

Walter Ruttmann: Lichtspiel Opus I
(1921, musique: Max Butting)

Walter Ruttmann: Lichtspiel Opus IV
(1925, musique: Helga Pogatschar 2008)

Oskar Fischinger: Komposition in Blau [Lichtkonzert N° 1]
(1935, musique: Otto Nicolai: Die lustigen Weiber von Windsor, 1849, extrait)

John Cage: One11
(1992, musique: John Cage: 103 for orchestra without conductor, 1991)

Tickets: 3,70 € (tarif réduit: 2,40 €)

Au commencement du cinéma est la lumière. Le cinéma est jeu de lumière, le cinéma est poésie de lumière: il est la magie étourdissante de vertigineuses géométries de lumière. La soirée cinéma «Switch the Light On: A Luminous Film Event» revient à la source de la luminosité hypnotique du halo projeté sur la toile. Un regard sur les classiques parmi les lumineux modernes, tels Walter Ruttmann, Oskar Fischinger et John Cage, qui donnent vie aux formes, surfaces et couleurs en rythme et en musique – jusqu’à l’enivrement total des yeux.

Tickets

Jeudi 27.11.2014 19:00
Philharmonie, Grand Auditorium

«Dating: Scriabine»



Orchestre Philharmonique du Luxembourg
Emilio Pomárico direction
Lorenzo Cossi piano
Fabiana Piccioli lumières (Auftrag Philharmonie Luxembourg)
Clément Lebrun conception, présentation

Aleksandr Scriabine: Prométhée. Le Poème du feu
pour grand orchestre et piano avec orgue et clavier à lumières

(en français)

Le dernier en date à avoir démontré à la Philharmonie qu’Alexandre Scriabine (1871–1915) était un grand maître du piano est bien sûr Evgeny Kissin. Le 21.10.2014, Riccardo Muti a dressé le portrait d’un Scriabine symphoniste en dirigeant la Symphonie N° 3 «Le Divin Poème». La lumière se fera instrument de musique les 27 et 28.11.2014 au cours du festival rainy days: l’OPL, Emilio Pomàrico et l’artiste lumière Fabiana Piccioli présenteront le spectaculaire opus magnum de Scriabine Prométhée ou le Poème du feu pour grand orchestre et piano avec orgue et «clavier à lumières», aux mélodies et accords composés avec des couleurs…

Tickets: 20 € (<27: 12 €)

Tickets

Jeudi 27.11.2014 21:00
Théâtre National du Luxembourg

Percussions de Strasbourg
Enrico Bagnoli lumières (commande / Auftrag Philharmonie Luxembourg)

Hugues Dufourt: Burning bright (commande de l’État français pour les Percussions de Strasbourg; création de la version avec lumières)

TTT (TotalTheaterTreffen) meets rainy days
Coopération avec le Théâtre National du Luxembourg

«Écrite pour le cinquantième anniversaire des Percussions de Strasbourg, Burning Bright emprunte son titre à l’un des plus célèbres poèmes de la littérature anglaise, The Tyger de William Blake, publié en 1794. Dans ce poème incandescent, William Blake exalte le choc des contraires, véritable matrice du monde et condition originaire de toute manifestation de la puissance créatrice. Le conflit primordial de l’‹innocence› et de l’‹expérience›, ces deux états extrêmes de l’âme humaine, traverse tout l’œuvre poétique de Blake, lui imprimant sa dimension tragique et son style visionnaire. […] Conçu d’un seul tenant, tel un immense adagio à la manière de Bruckner, Burning Bright est une vision poétique en rupture avec les types de délimitation propres à la tradition, contours ou clôtures. […] À l’instar du poème de Blake, Burning Bright mobilise les énergies premières: un drame sans récit ni anecdote, une forme donc qui s’engendre et recherche son unité au travers de secousses telluriques. L’espace immense que l’on y découvre, un espace à la Kubrick, pourrait bien devenir, malgré les espoirs de notre époque, celui d’un éternel confinement.» (Hugues Dufourt)

Trailer: http://youtu.be/SA-rhUMclF4

Tickets: 20 €

Tickets

photo: James Chan-A-Sue

Vendredi 28.11.2014 20:00
Philharmonie, Grand Auditorium

Orchestre Philharmonique du Luxembourg
Emilio Pomárico direction
Lorenzo Cossi piano
Fabiana Piccioli lumières (commande Philharmonie Luxembourg)

Arnold Schönberg: Fünf Orchesterstücke op. 16

Friedrich Cerha: Spiegel. Bühnenwerk für Bewegungsgruppen, Licht und Objekte
   Spiegel III für großes Orchester
   Spiegel VI für großes Orchester

Manos Tsangaris: LUX für Symphonieorchester und Licht
(Kompositionsauftrag Philharmonie Luxembourg et Orchestre Philharmonique du Luxembourg avec le soutien de la Ernst von Siemens Musikstiftung, création)

Aleksandr Scriabine: Prométhée. Le Poème du feu
pour grand orchestre et piano avec orgue et clavier à lumières

Deux jalons dans l’histoire de la musique, l’invention par Scriabine de la musique de lumières en 1908 et l’invention par Schönberg de la ‹Klangfarbenmelodie› ou ‹mélodie de timbres› en 1909, se joignent au chef d’œuvre ‹optiquement conçu› de Friedrich Cerha Spiegel (1960) et à deux créations surprenantes de Manos Tsangaris, en vue d’une soirée de concert spectaculaire autour de l’orchestre et de la lumière. Trois principaux protagonistes venus d’Italie en assureront la qualité exceptionnelle: le jeune pianiste Lorenzo Cossi dans les parties de piano solo de Scriabine, le chef d’orchestre charismatique Emilio Pomàrico et la conceptrice des lumières Fabiana Piccioli, artiste récompensée de nombreux prix, qui après des mois de préparation plongera l’OPL dans une lumière tout à fait particulière.

Vendredi 28.11.2014 22:15
Philharmonie, Salle de Musique de Chambre

Manos Tsangaris, Pi-hsien Chen Tisch, Objekte, Licht
Elisabeth Flunger Fadenorgel

Manos Tsangaris: Tafel 1. Wiesers Werdetraum für zwei oder drei Spieler am Tisch, Walkman, Radio, mobile Lichtquellen und Fadenorgel

Le compositeur et sa femme seront sur scène en personne dans ce charmant petit ‹postlude› qui suivra le grand concert orchestral. Et à quel instrument Manos Tsangaris et la pianiste Pi-hsien Chen devront-ils se frotter durant cette soirée si ce n’est à la lumière? En 1978, alors étudiant auprès de Mauricio Kagel, Tsangaris avait commencé à ‹composer› avec la lumière; dans ce duo daté de 1989 qui se joue à deux sur une table (avec une personne de plus pour les effets spéciaux) se révèle toute la précision du virtuose des lumières Manos Tsangaris.

Forfait journalier: 10 / 15 / 25 € (<27: 6 / 9 / 15 €)

Tickets

Samedi 29.11.2014 15:00–18:15
Philharmonie, Grand Foyer / Salles de répétition 1 & 2 / Studio 1

«Music & Light art»

A choice of compositions performed alongside works from the Ege Art Foundation collection

ensemble recherche

Light art by Dan Flavin, Brigitte Kowanz, Kriz Olbricht, Paul Schwer and Michel Verjux. Music by Dieter Ammann, Mark Andre, Pascal Dusapin, Morton Feldman, Dai Fujikura, Georg Friedrich Haas, Moondog, Tristan Murail, Michael Obst, Sergueï Prokofiev, Salvatore Sciarrino, Simon Steen-Andersen, Juan Camilo Vásquez, Helena Winkelman, Christian Winther Christensen, Joanna Wozny

Coopération avec Ege Kunst- und Kulturstiftung Freiburg/Breisgau / Kunstraum Alexander Bürkle

Quatre sculptures de lumières de Dan Flavin, Brigitte Kowanz, Paul Schwer, Michel Verjux et un travail conçu tout spécialement pour les rainy days 2014 du jeune artiste allemand Kriz Olbricht feront de la Philharmonie, pendant toute la durée du festival, un véritable musée de lumières. L’ensemble recherche vous invite le samedi après-midi à une visite guidée en musique à travers l’exposition et associe une sélection d’œuvres de musique de chambre à chacune des œuvres d’art.

Samedi 29.11.2014 15:00–18:15
Philharmonie, Studio 2

«Sonovisor» / «Light & Sound»



Noise Watchers Unlimited réalisation
Helgi-Jón Schweizer conception Sonovisor
Roby Glod saxophones
Arthur Stammet lumières
Laurent Willkomm assistance technique son

Nouvelles œuvres de Guillem Bonet, Stefan Dorneanu, Roby Glod, Hy-Khang Dang, Arthur Stammet Félix Turrión-Eichler, Damiano Picci, Laurent Willkomm, Tatsiana Zelianko (création)

Coopération avec Noise Watchers Unlimited

Treize œuvres (dont onze créations) de compositrices et compositeurs luxembourgeois dans lesquels se croisent la musique et la lumière commandée par l’électronique. Ce sont précisément trois personnes qui pourront à chaque exécution prendre place dans le «Sonovisor»: le champ de vision s’emplit tout entier d’une étendue de lumière homogène aux lumières changeantes. Une approche expérimentale de la perception comme processus, dans laquelle tous les sens sont mis à contribution.

Forfait journalier pour les concerts du 29.11.2014 à la Philharmonie:
15 € (<27: 9 €)

Tickets

photo: Philharmonie Sébastien Grébille

Samedi 29.11.2014 20:00
Grand Théâtre

«iTMOi»

(in the mind of igor)
Ensemble piece for 11 dancers
with original score composed by Nitin Sawhney, Ben Frost and Jocelyn Pook
inspired by The Rite of Spring by Igor Stravinsky

Akram Khan Company
Akram Khan director, choreographer
Fabiana Piccioli lighting design
Matt Deeley set design
Kimie Nakano costumes

Coproduction Sadler’s Wells London, MC2: Grenoble, Hellerau – European Center for the Arts Dresden, Théâtres de la Ville de Luxembourg
Organisé par les Théâtres de la Ville de Luxembourg dans la cadre du festival rainy days 2014

En hommage à Igor Stravinsky et au centenaire de son légendaire Sacre du printemps (présenté la première fois en mai 1913), Akram Khan explore avec «iTMOi» la manière dont Stravinsky a bouleversé à jamais les codes de la composition musicale et livre un drame nourri du rituel du sacrifice. Pour cette création, Akram Khan a fait appel à trois compositeurs – Nitin Sawhney, Jocelyn Pook et Ben Frost – et leur a demandé de partir à la découverte de divers univers sonores tout en gardant Stravinsky comme modèle. Sous l’impulsion du dynamisme de Stravinsky, Akram Khan invite ses incroyables danseurs à se concentrer sur l’impact fulgurant de la partition.

Tickets: 15 / 20 / 25 € (< 26: 8 €)

Tickets

Dimanche 30.11.2014 13:00
Mudam Luxembourg, Auditorium
3, Park Dräi Eechelen, L-1499 Luxembourg

United Instruments of Lucilin
Frauke Aulbert voice, e-guitar, performance
Patrick Frank, Markus Brunn lumières
Daniel Dominguez sonorisation

Martin Schüttler: schöner leben 3 («Girl You Know It’s True» – M.V.) für präparierte Flöte mit Neonröhre, Verstärkungen und Zuspielung

Kaj Duncan David: Sound & Vision for six musicians with laptops

Patrick Frank: Enlightenment (commande Philharmonie Luxembourg et United Instruments of Lucilin, Uraufführung)

Alexander Schubert: Your Fox’s A Dirty Gold for solo performer with voice, motion sensors, electric guitar and live-electronics

Patrick Frank, né en 1975 à Rio de Janeiro, gère dans sa ville de résidence Zurich le seul photomaton non encore numérique de toute la Suisse. C’est loin d’être la seule activité qui lie cet artiste engagé, tout à la fois compositeur, scientifique, cofondateur et co-premier ministre de la voicerepublic.com, à la lumière. Durant les rainy days, il présente une nouvelle pièce intensément lumineuse sur le thème de la philosophie des Lumières et trois jeunes compositeurs parmi les plus novateurs du festival de cette année. Peut-être devriez-vous prévoir d’entrer au Mudam avec vos lunettes de soleil…

Tickets: 15 € (<27: 9 €)

Tickets

Dimanche 30.11.2014 15:00
Philharmonie, Grand Auditorium

Solistenensemble Kaleidoskop
Joachim Fleischer lumières, performance et chorégraphie de robots (commande Philharmonie Luxembourg)

Michael Reudenbach: white radiation. LichtKlang-Abtastungen (commande Philharmonie Luxembourg avec le soutien de la Ernst von Siemens Musikstiftung, création)

L’artiste lumières Joachim Fleischer, le compositeur Michael Reudenbach et le Solistenensemble Kaleidoskop de Berlin apportent un robot de montage utilisé dans l’industrie automobile sur la scène du Grand Auditorium. Avec une précision comparable à celle qu’emploie la production des voitures pour assembler les pièces, le robot pesant plus d’une tonne déplacera une source de lumière en forme de point lumineux à travers des paysages d’objets. Ainsi, la création de white radiation, œuvre d’environ une heure pour orchestre à cordes chorégraphiée pour un robot, sera plongée dans un jeu fascinant d’ombres et de lumière.

Trailer: http://youtu.be/h7rstxXK8T8

photo: Kathrin Schwab

Dimanche 30.11.2014 16:15
Philharmonie, Salle de Musique de Chambre

Małgorzata Walentynowicz piano
Pierre Jodlowski sonorisation, lumières (commande Philharmonie Luxembourg)

Pierre Jodlowski:
Série Noire pour piano et électronique
Série Blanche pour piano et électronique
Série Bleue pour piano et électronique
Série Rose pour piano et électronique
(création de la version intégrale avec lumières)

Série Noire «est véritablement conçue comme un film de musiques où des personnages appartenant à des films différents se répondent, entretiennent des rapports croisés. Dans le cycle de quatre pièces pour piano et électronique, chaque couleur est l’occasion d’interroger une relation de la musique avec l’image: image cinématographique ou mentale, espace référentiel, point de départ de l’écriture.» (Pierre Jodlowski) «Pierre Jodlowski fascine par son matériau minimal au déploiement maximal.» (Choc du Monde de la Musique pour Série Noire et Série Rose) «Suspense, piano et électroacoustique.» (Resmusica)

Dimanche 30.11.2014 17:30 & 19:00
Philharmonie, Espace Découverte

Solistenensemble Kaleidoskop
Titus Engel direction
Karl Kliem lumières (commande Philharmonie Luxembourg)

Sebastian Claren: Maurizio/Licht für Streichorchester (commande Philharmonie Luxembourg, création)

Une découverte étonnante est à l’origine de Maurizio/Licht: dans certains genres techno, le traitement précis du bruit est proche de celui qu’on trouve dans nombre de pièces de musique contemporaine – par exemple dans la «musique concrète instrumentale» inventée par Helmut Lachenmann. En grand admirateur du duo berlinois de dub techno Maurizio (Mark Ernestus & Moritz von Oswald), le compositeur berlinois Sebastian Claren analyse le titre M-7b (unreleased mix) presque au microscope et en fait une étude sonore pour orchestre à cordes (extrêmement ralentie et sans grosse caisse ni cymbale) portant l’attention de l’auditeur sur l’énorme richesse des détails dans la sonorité des cordes. Dès le début, ce projet s’est adjoint les lumières minutieusement réglées de Karl Kliem, compagnon de route du duo de musique électronique Mouse on Mars: car la musique s’approche dans cette création d’à peu près 45 minutes d’«un état qui est plus perçu comme une impression générale que comme une juxtaposition de détails, et qui est de ce fait est comparable à l’aube, à l’éclat et au rayonnement de la lumière.» (Sebastian Claren)

photo: Marius Glauer

Dimanche 30.11.2014 17:30 & 19:00
Philharmonie, Grand Foyer

Maximilian Maintz: ¡Off With Their Heads!
Ein Musiktheaterstück für 8 kopfbewegte Scheinwerfer, 8 Lautsprecher und 2 Nebelmaschinen

Il était une fois, il y a bien, bien longtemps, où les sources de lumière au théâtre étaient pudiquement bannies du champ de vision du public et placées au plafond ou dans les coulisses. Aujourd’hui, il n’est pas rare que les projecteurs soient intégrés à l’événement scénique: une lampe peut être un accessoire, voire un décor, et même devenir sujet de l’action. Mais un projecteur peut-il également infléchir le cours de l’action comme le fait un acteur? Un ensemble composé de lampes peut-il raconter une histoire? ¡Off With Their Heads! répond à ces questions par un «oui!» illuminateur à l’aide de projecteurs qui sont en fait des robots métamorphosés en danseurs.

Dimanche 30.11.2014 20:30
Philharmonie, Grand Auditorium

Chœur INECC
Musiciens du Conservatoire de la Ville de Luxembourg
Roland Dahinden direction
Eric Michel lumières (commande Philharmonie Luxembourg)

Yves Klein: Symphonie Monoton – Silence

«Pendant cette période de condensation, je crée vers 1947–1948 une symphonie ‹monoton› dont le thème est ce que je voulais que soit ma vie. Cette symphonie d’une durée de quarante minutes (mais cela n’a pas d’importance, on va voir pourquoi) est constituée d’un seul et unique ‹son› continu, étiré, privé de son attaque et de sa fin, ce qui crée une sensation de vertige, d’aspiration de la sensibilité hors du temps. Cette symphonie n’existe donc pas tout en étant là, sortant de la phénoménologie du temps, parce qu’elle n’est jamais née ni morte, après existence, cependant, dans le monde de nos possibilités de perception conscientes: c’est du silence – présence audible.» (Yves Klein: «Le dépassement de la problématique de l’art»)

Coopération avec INECC Luxembourg, Conservatoire de la Ville de Luxembourg et les Archives Yves Klein

«Pendant cette période de condensation, je crée vers 1947–1948 une symphonie ‹monoton› dont le thème est ce que je voulais que soit ma vie. Cette symphonie d’une durée de quarante minutes (mais cela n’a pas d’importance, on va voir pourquoi) est constituée d’un seul et unique ‹son› continu, étiré, privé de son attaque et de sa fin, ce qui crée une sensation de vertige, d’aspiration de la sensibilité hors du temps. Cette symphonie n’existe donc pas tout en étant là, sortant de la phénoménologie du temps, parce qu’elle n’est jamais née ni morte, après existence, cependant, dans le monde de nos possibilités de perception conscientes: c’est du silence – présence audible.» (Yves Klein: «Le dépassement de la problématique de l’art»)

Forfait journalier: 15 € (<27: 9 €)

Tickets

27.11.2014 18:00–21:00
28.11.2014 19:00–23:00
29.11.2014 14:00–19:00
30.11.2014 14:00–21:00
Philharmonie, Grand Foyer / Salles de répétition 1 & 2 / Studio 1

«Light art from the Ege Art
Foundation collection»

Dan Flavin: Untitled (to Otto Freundlich)
Brigitte Kowanz: Enjoy the secret
Kriz Olbricht: BRONX (commande Philharmonie Luxembourg)
Paul Schwer: Neon Bao
Michel Verjux: Ouverture

Coopération avec Ege Kunst- und Kulturstiftung Freiburg/Breisgau / Kunstraum Alexander Bürkle

Autres œuvres d’art de lumière dans le Grand Foyer pendant le festival

Eric Michel: Seven Keys Mono Blue Eric Michel: Mono Light
Manos Tsangaris: Applausdusche
Manos Tsangaris: Schrein

Quatre chefs-d’œuvre de la collection d’art de lumières de la Ege Kunst- und Kulturstiftung de Fribourg en Brisgau et un travail conçu tout spécialement pour les rainy days 2014 d’un jeune artiste allemand transformeront la Philharmonie en musée durant les quatre jours du festival. Vous pourrez découvrir les sculptures lumineuses de Dan Flavin, Brigitte Kowanz, Paul Schwer, Michel Verjux et Kriz Olbricht sur entrée libre, pendant les heures d’ouverture. Le samedi après-midi (29.11.2014 15:00–18:15, entrée payante), au fil d’une visite guidée en musique à travers l’exposition, chaque œuvre d’art sera associée à une sélection d’œuvres de musique de chambre.

Entrée libre
Excepté 29.11.2014 15:00–18:15